journal de bord et humeur du jour

16 janvier 2017

# 01355 - un brin d'espoir bleu au bout de la route





la musique  au creux  du ...
kilomètres  brûlants  de ...
sa vue couleur de reflets...
journée  bleue accrochée ...





la musique au creux du pétale
kilomètres brûlants de sève
sa vue couleur de reflets veinés
journée bleue accrochée au ciel

(mémoire du silence)


*****


la musique au creux du monde
kilomètres brûlants de pas de danse
sa vue couleur de reflets d'argent
journée bleue accrochée l'horizon

(Marty)


*****







14 janvier 2017

# 01354 - sous la chaleur les yeux dévastés






impossible  pour  lui  de ...
les matins n'avaient plus ...
il  voyait  derrière  les ...
son coeur  et  l'ombre de ...




impossible pour lui de parler
les matins n'avaient plus la même saveur
il  voyait derrière les silences
son coeur et l'ombre de la terre

(Marty)



*****



impossible pour lui de mentir
les matins n'avaient plus sens
il  voyait derrière les rideaux
son coeur et l'ombre de l'enfance

(mémoire du silence)



******


impossible pour lui de partir
les matins n'avaient plus aucune lumière
il  voyait derrière les nuages
son coeur et l'ombre de ses rêves perdus

(lu.mangione)












12 janvier 2017

# 01353 - dans la lumière des jours sombres






elle voulait juste...
les  yeux plein d'...
parée  de  belles ...
danser  dans  la  ...





elle voulait juste imaginer
les yeux plein d'embruns
parée de belles vagues
danser dans la lune d'hiver

(Marty)

*****

elle voulait juste savoir
les yeux plein d'étoiles
parée de belles étoffes
danser dans la couleur

(mémoire du silence)

*****






9 janvier 2017

# 01352 - expo graph'2 breizh



L  E  S        E  N  C  R  E  S        D  U        V  E  N  T 














8 janvier 2017

# 01351 - pesanteur obligatoire






parce  qu'à  cet  endroit
le  ciel   s'est   ouvert
dieu y versa ses cailloux

dans   la  nuit  la  plus
noire  ce  fut  un  grand
chahut  qui fit  trembler

le  vent  jusqu'au  matin
ainsi   sont   nées   les
tempêtes   parait   il  !







3 janvier 2017

# 01350 - langueur






lente     descente
dans  l'oubli  des
heures  insolentes
manque       d'air
et  de  vent  vert




28 décembre 2016

# 01348 - les innocences







il  n'y  a   rien  qui
ne  soit  faux  toutes
les     hordes      de
popies    dans     les
champs   de   blé   de
décembre    nous    le
rappellent subtilement

JOYEUSES         FETES








27 décembre 2016

# 01347 - graine de lab







papier jauni   à terre
reposant    je    l'ai
trouvé sous la semelle
encore      frémissant
la mer  s'est  retirée
brutalement   à  10:12













# 01346 - expo graph'1 breizh


l a    t r a c e    d u     s i l e n c e








15 décembre 2016

# 01345 - l'infini chemin






juste  après  le  trait
là où  l'encre s'éteint
vertige     blanc    de
l'hésitation une rature
pulsion    cristallisée
ou  pas dans  le manque
l'esprit    se   révèle








7 décembre 2016

# 01344 - retour vers nulle part






vision      troublée
heures     saccagées
découvrir la lumière
comme    un   espace
aigu    de   liberté
faut  il  poursuivre









5 décembre 2016

# 01343 - partir pour nulle part





terre  entière  consacrée
à la  fuite ou  l'évasion
irrésistible  abandon des
lourdes  mémoires gravées
partir comme  seule issue









4 décembre 2016

# 01342 - au bout de nulle part





enfermés    les    jours
derniers   de   novembre
souvenirs   perdus   des
chaleurs   de  septembre
tout le  monde recherche
les mots qui réchauffent
la nuit  et  toutes  les
couleurs     du     jour




25 novembre 2016

# 01341 - au bord de nulle part






avancer      sans     commentaire
défaire  le temps  après le  vent
et retenir le ciel juste une fois
entre  la  lumière toute  entière








20 novembre 2016

# 01340 - terre de nulle part






au  bord   des  fleuves
étanches je t'ai  aimée
entre le ciel infini et
les  airs  d'après midi
pâles comme  un  soleil
éteint   bleu  lointain

















18 novembre 2016

# 01339 - sur les chemins de nulle part




étouffé par l'ombre
des  hauteurs  sans
couleurs la nuit se
presse d'envahir le
jour le  sol entier








13 novembre 2016

11 novembre 2016

# 01337 - La vie... (continue)

























Leonard est parti rejoindre
sa muse Marianne son amour éternel
là-bas parmi les étoiles
à 82 ans

il nous laisse
avec
ses chansons et
ses poèmes merveilleux
son amour et sa
profonde générosité




MERCI      pour l'    ETERNITE


















8 novembre 2016

# 01336 - vibrations




au dessus  des hautes terres
tremble l'air comme un songe


les  airs  en   dentelle
offrent leurs révérences





t e r r e     d u     s i l e n c e







1 novembre 2016

# 01335 - transparence







au   bout   incertain  des
rochers  blancs  effondrés
sous le poids  du ciel par
transparence perce l'éclat
glacé   de   son   sourire










31 octobre 2016

# 01334 - soir bleu nuit






encore  quelques  heures
dramatiques   avant  les
frissons du soir la lune
s'absente à son  tour le
noir autoritaire envahit







# 01333 - souffle du temps






frêle      caresse
veille de novembre
l'hiver  s'imagine
en         silence






30 octobre 2016

# 01332 - roue de fortune







le      temps      s'étale
marre     des    mauvaises
nouvelles     du     monde
l'ancien             monde
s'essouffle        et   la
terre tremble quelque part




23 octobre 2016

20 octobre 2016

# 01330 - ombre de terre







silence   des  ombres
au bord du temps rien
ne  bouge sans fusion
ombre de sang au bord
du              coeur






16 octobre 2016

# 01329 - trains rouge nuit







les nuits de  trains rouges
j'aime embarquer  trop loin
dans  les mondes  de nuages
où coule la terre entre mer
et  eau  comme  vénus  tard













12 octobre 2016

# 01328 - brouillage







le  regard  défait
juste  au   dessus
de l'horizon porte
la  marque  de  sa
bleue    résonance







7 octobre 2016

# 01327 - steel sky








la tête à l'envers
le    dos   tourné
reste  les   pieds
dans   la   pierre
ancrés       rouge
brut       d'acier













6 octobre 2016

# 01326 - la fleur du sel







heures   tardives
silence du milieu
juste   un    son
craque la  croute







5 octobre 2016

# 01325 - bus stop






souvent il suffit d'un
nuage   d'un    mirage
d'une    image    pour
commencer   un    rêve









4 octobre 2016

# 01324 - le monde de William 3






le jour où le parlement
devint rouge cette nuit



d'octobre  1834  le noir
de l'air rugit s'embrasa



comme les  feuilles en
cet automne surchauffé














3 octobre 2016

# 01323 - le monde de William 2







il aimait tellement le jour
surtout   ses    extrémités
crépusculaires   là  où  la
nuit   déploie  ses  atours
pour  une  ultime  étreinte